Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse Wawrinka - Tsonga

Publié le par Ziz471

Wawrinka @ 1,60 UNIBET.   CONFIANCE 70 %

Les deux hommes ne s’aiment pas beaucoup, on le sait. Et depuis qu’ils ne s’aiment pas (2014-2015, depuis que Stan gagne en fait et attise la jalousie des Français, surtout après la Coupe Davis), c’est encore le Suisse qui a le dessus sur Jo (3-1 à RG). Celui-ci a un mal fou à donner le meilleur de lui-même dans les grands rendez-vous.

Je n’aime pas bet sur Stan lors des tournois mineurs où les bâches prennent parfois cher, mais dans les gros rendez-vous, avec son envie, sa fierté et son caractère à la con (c’est un compliment pour un champion) il répond présent 90% du temps. Or là, dans ce tournoi ouvert, il ne peut que penser au titre. Déjà qu’il y pense désormais à chaque fois (il ne lui manque que Wimbledon)… Je trouve que la value est donc sur Stan que Jo n’a plus battu depuis 2013. Après, il faut relativiser leurs confrontations (5-4 pour Stan) car aucune n’a eu lieu sur dur (seulement terre battue depuis 2007).

Pour moi, Jo est là grâce à un tableau relativement facile, mais comme face à Berdych à Doha (défaite en deux sets), ne va-t-il pas s’effacer une fois que l’adversité sera là ? Car je n’imagine pas Stan à un autre niveau d’application que celui qu’il montre habituellement en Grand Chelem même s’il va forcément donner des points. Cependant, la diagonale revers de Jo est un tel point faible face aux Top 10 que le revers court croisé de Stan devrait ouvrir des brèches côté coup droit de Jo. Et puis j’ai vu Wawrinka se sortir des griffes du fantasque Klizan au premier tour, un match piège face au Slovaque capable de tout. Il l’a gagné d’un cheveu et quand un champion passe un premier tour si compliqué, souvent derrière, ça va très loin.

Vu les stats de Jo face aux Top 10 depuis deux ans, il me paraît difficile de parier sur lui et pourtant j’adore son profil de puncheur. Mais c’est Stan qui a les clés, il est trop complet et puissant, des deux côtés. Et son cerveau, dans un Grand Chelem et face à un adversaire qu’il n’apprécie guère, devrait être à l’abri d’un pétage de plomb comme il en sera toujours capable.

Commenter cet article