Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Analyse VIP France - Irlande

Publié le par Ziz471

C’est très dur de se prononcer sur ce match. Je vais rester sur ma logique initiale, à savoir plutôt Irlande. En effet, les retours d’O’Brien en flanker et surtout de Rob Kearney en 15 m’inspirent confiance. De l’autre côté, la perte de Picamoles, avec son profil unique de perforateur (la preuve, c’est Chouly qui le remplace au poste), est importante, plus que celle de Fickou au centre. Plus généralement, le manque de continuité, de maîtrise et de créativité offensive ont perduré même sous Novès, face à l’Italie. Ce dernier a dû tomber de haut. Là, pour battre cette équipe irlandaise qui offre toujours un niveau moyen élevé malgré des cadres sur le carreau (qui pour remplacer O’Connell ?), il faudra une belle équipe de France. Or, on n’en a pas vu une depuis longtemps, même dos au mur (durant le Mondial et samedi dernier). Le dernier match référence, c’est face aux Anglais en amical avant le Mondial. Mais les Anglais n’avaient pas envie de jour-là et n’ont fait que bercer d’illusion le groupe bleu.

L’inconnue, c’est la mêlée, je pense. La première ligne française a été tellement décevante samedi que j’imagine pas la chose se reproduire à nouveau. Les mystères de la mêlée sont tels que les samedis ne se ressemblent pas forcément. Mais en face, c’est pareil. Autant Mc Grath, le pilier gauche, a été disponible et actif dans le jeu, autant sa tenue en mêlée face à Lee a été décevante. Or, le coach a décidé de laisser Healy, rétabli (comme Ross à droite), à la disposition du Leinster. C’est un message fort envoyé à sa première ligne. Un message de confiance quant Novès choisit le changement, déjà, avec Poirot et Atonio. Quelle mêlée va réagir ? Très dur à dire.

Mis à part ce secteur difficile à maîtriser, les Verts avancent quand même avec leurs forces habituelles dont la charnière complémentaire et expérimentée Murray – Sexton, une touche super fiable (autour de Toner), une troisième ligne puissante (Heaslip et CJ Stander) et davantage gratteuse désormais (O’Brien), un duo Henshaw – Payne au centre qui retrouve peu à peu la forme et, donc, ce Rob Kearney, certes embêté par les blessures depuis novembre, mais potentiellement énorme, tant en défense que par sa capacité à venir s’intercaler dans la ligne. Même Trimble, incertain, tient sa place. Et puis, les Irlandais sont sortis frustrés de ce nul face aux Gallois, aucun risque de surplus de confiance. Quant aux Bleus, ils ont quand même de quoi douter. En cas de mauvaise entame, auront-ils les ressources, et les leaders, pour se remettre en marche ? Cette équipe offre peu de garanties depuis trop de temps pour y mettre son argent, je trouve, malgré l’appui du public. De plus, avec Vakatawa et Thomas aux ailes, on fait le choix du spectacle, des appuis de feu et de possibles éclairs de génie, mais face à une belle occupation irlandaise, une météo probablement pluvieuse et des petits coups de pieds dans le dos, pas sûr que ce soit un choix gagnant.

Donc Irlande à 2. Confiance : 65%

Autre bet un peu plus safe sur Unibet : le 1,53 avec le H+3 Irlande.

Commenter cet article