Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le tennis intégré au forfait mensuel

Publié le par Ziz471

Le site va proposer régulièrement des analyses tennis qui viendront renforcer le forfait habituel à 9,90 euros pour un mois, même si la priorité demeure évidemment le rugby.
Pour ceux que ça intéresse, abonnés ou non, voici quelques conseils.
Tout d’abord, méfiez-vous des débuts de tournoi. C’est encore plus pertinent en début de saison. A la rigueur, le lundi peut être réservé à des mises mineures, et à des cotes plutôt funs tant les niveaux de motivation et degré de forme peuvent être des facteurs X qui nous échappent. On touche là à la limite des sports individuels. La réussite d’un bet ne dépend pas de la performance d’un collectif, mais d’une seule personne, d’une seule envie et d’un seul corps qui peut lâcher à tout moment. Et si, comme Nadal, ce joueur refuse d’abandonner alors qu’il est diminué, bonjour la frustration… N’oubliez jamais ça, c’est la base du tennis et c’est encore plus vrai avec les chaleurs énormes qui attendent les joueurs en Australie dès lundi.

Pour argumenter ma vision des choses sur les débuts de tournoi, regardez le tableau masculin de Brisbane l’an passé. On peut considérer que celui-ci a offert deux grosses surprises : le succès de Duckworth sur Simon 6-2, 6-2 (pas mal hein ?) et celui, à un degré moindre, de Kubot sur le géant sud-africain Anderson 7-6, 6-4 qui évoluait pourtant sur sa surface préférée. Ces deux funs sont passés au premier tour. Ensuite, il n’y a plus eu de surprise. Autre remarque, comme souvent (ça vaut notamment Nishikori, un joueur à réaction, voire Dimitrov, trop doué pour être concentré dès l’entame), certains favoris ont du mal à entrer dans les tournois. Ainsi, Federer, futur vainqueur de l’épreuve face à Raonic en finale, avait mis des raclées en demie et quart à Dimitrov et Duckworth mais avait souffert lors de son premier tour en cédant le premier set à… Millman. Je ne crois pas au hasard.

Autre conseil : méfiez-vous des joueurs qui vous ont fait gagner de l’argent l’an passé, mis à part une valeur sûre comme Djoko que je place au-dessus. En effet, notre cerveau, dopé au plaisir et à la joie, a tendance à revenir inconsciemment sur cette base. Or, un tennisman, comme toute individualité (ça vaut pour des shooteurs purs au basket… sauf Curry, bien sûr ou même des buteurs au foot), est sujet à des sautes de formes et de confiance qui nous dépasse. Prenons exemple de Feliciano Lopez, le paradoxe espagnol, nul sur terre, doté d’un gros service de gaucher, d’un revers shopé neutralisant, très chiant à jouer, et qui frappe surtout à plat en coup droit. Vu son profil, logiquement, il avait réalisé une saison sur herbe énorme en 2014. Hé bien, l’an passé (année de son mariage, tiens tiens…), ce fut la catastrophe. Il a enchaîné les contre-performances contre des joueurs médiocres alors qu’il était parfois coté à 1,10 ou 1,16, c’est dire.
Dernier conseil, méfiez-vous de Federer cette année. Tôt ou tard, aussi génial soit-il, le temps finira par le rattraper. Idem avec Murray qui sort d’une année énorme et d’un succès historique en Coupe Davis. Sera-t-il euphorique ou aura-t-il du mal à se remettre à fond après une telle consécration ? Personne ne le sait.

Tout ça pour vous dire, encore plus que dans d’autres sports collectifs, que l’humilité dans l’approche d’un pari et d’une analyse tennis est une base. Perso, je suis un fou de tennis (je suis tennisman moi-même à mon modeste niveau de 15/2) et un passionné de stratégie et de tactique, mais il m’est impossible de jouer des grosses sommes malgré mes compétences en la matière. Je vous invite donc à jouer avec modération sur ce sport individuel.

Commenter cet article